«

»

Avr 04 2014

Imprimer ce Article

Tu connais la route, par Eve de Laudec

C’est probablement ma dernière participation aux Vases Communicants avant un petit moment, non pas parce que cela ne me plaît plus, au contraire, mais plutôt pour mieux gérer mes différents engagements, assez nombreux en ce moment et sans doute jusqu’à la fin de l’année. Et pour clôturer ces 3 années quasi-continues, j’accueille de nouveau, mais avec toujours autant de plaisir Eve de Laudec, poétesse émérite, autour d’une expression « Tu connais la route » que chacun a mise à sa sauce. Retrouvez mon texte, Allons-y, sur son espace L’emplume et l’écrié.

 

Tu connais la route

 

Tu fais des ratures sur ma nuit. De longs traits d’ambre. Lait tourné. Comme les yeux torves du chacal. Je déteste ça.
Tu dis que ce sont les rais de ta brillante pensée qui heurtent ma cécité.
Que tu dois graver les micros sillons dans mon apathie où germineront peut-être des réalités. Qu’à force de tracer droit et fort, tu encreras quelque sagesse sur mon bloc emplumé.
Qu’il faut qu’on doit que c’est comme ça que ça sera et c’est ainsi parce que.

Tu ne vois pas mon ombre faire suite à mon ombre.

Que veux-tu j’aime la page vierge le songe effeuillé
j’aime le balbutiement d’une image évanouie
les courbes les obtus
la folle balançoire
une seconde à toujours
même l’idée du rien
j’aime peigner les nuages
dépeindre les secondes
j’aime la dentelle de pierre
ses failles libertés
et ses absurdités
j’aime le nulle part
et l’ailleurs

Pas les stries grimaçantes ni les griffus aigus.

Tu fais des insolubles sur mon jour.
Tu n’as qu’à prendre tes cliques et ma claque.
Quitte ! Quitte là !
Tu connais la route, celle de tes certitudes, celle de tes habitudes, première à gauche, je ne te retiens pas.
Ferme bien mes portes de papier en sortant.

Eve de Laudec 30 mars 2014

4749465510_ce9ce6b0af_z

Sans titre, par Polly

Les autres Vases Communicants de ce mois :

François Bon http://www.tierslivre.net et François Bonneau http://irregulier.blogspot.fr
Camille Philibert-Rossignol http://camillephi.blogspot.fr et Michel Brosseau http://www.xn--chatperch-p1a2i.net
Eve de Laudec http://www.evedelaudec.fr et Christopher Selac http://christopherselac.com
Isabelle Pariente-Butterlin http://auxbordsdesmondes.fr et Dominique Hasselmann http://hadominique75.wordpress.com

Tu fais des ratures sur ma nuit. De longs traits d’ambre. Lait tourné. Comme les yeux  torves du chacal. Je déteste ça.

Tu dis que ce sont les rais de ta brillante pensée qui heurtent ma cécité.

Que  tu dois graver les micros sillons  dans mon apathie où germineront peut-être des réalités. Qu’à force de tracer droit et fort, tu encreras  quelque sagesse sur mon bloc emplumé.

Qu’il faut qu’on doit que c’est comme ça que ça sera et c’est ainsi parce que.

Tu ne vois pas mon ombre faire suite à mon ombre.

Que veux-tu j’aime la page vierge le songe effeuillé

j’aime le balbutiement d’une image évanouie

les courbes les obtus

la folle balançoire

une seconde à toujours

même l’idée du rien

j’aime peigner les  nuages

dépeindre  les secondes

j’aime la dentelle de pierre

ses failles libertés

et ses absurdités

j’aime le nulle part

et l’ailleurs

Pas les stries grimaçantes ni les griffus aigus.

Tu fais des insolubles sur mon jour.

Tu n’as qu’à prendre tes cliques et ma claque.

Quitte ! Quitte là !

Tu connais la route, celle de tes certitudes, celle de tes habitudes, première à gauche,  je ne te retiens pas.

Ferme bien mes portes de papier en sortant.

Eve de Laudec 30 mars 2014

Lien Permanent pour cet article : http://christopherselac.com/tu-connais-la-route-par-eve-de-laudec/

Ce billet vous a plu ? Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :