«

»

Avr 06 2016

Imprimer ce Article

Pour du temps d’écriture

Rainbow cubes with holes, par Jared TarbellIl faut savoir admettre ses erreurs. J’avais tort.

Réussir à tout mener de front, même temporairement, pour s’offrir plus tard – mais quand ? – du temps d’écriture, s’avère épuisant. Et en attendant que la situation se stabilise, s’améliore, qu’une transition puisse se faire, la course permanente se fait au détriment de l’écriture. Les moyens épuisent et empêchent la fin…

A cette impasse, il faut trouver une solution… Laquelle ?

  • Le plus « simple », ce sera de renoncer pendant quelques années à l’écriture d’un troisième roman, et des suivants aussi. Parce que se poser une fois tous les quatre ou cinq jours à la table d’écriture, passées 21 heures, n’est pas un rythme suffisant. Et parce que les auteurs qui vivent de leur art relèvent de l’exception bien plus que de la règle, le reléguer au rang de loisir, de passe-temps, d’escapade hors du quotidien, une fois par semaine tout au plus.
  • Le plus compliqué, renoncer à son activité professionnelle principale, fut-elle alimentaire. Entraîner toute la famille dans ce pari insensé, compromettre l’avenir de tous – et en particulier celui des enfants -, juste pour poursuivre un objectif, un rêve auquel je crois, et auquel peut-être d’autres parmi vous – lectrices et lecteurs – seraient eux aussi convaincus. Se comporter comme le monstre d’égoïsme que je ne suis pas. Tout mon petit monde dans une spirale infernale…

En existe-t-il d’autres ? Peut-être. J’aimerais en être sûr, c’est pourquoi j’ai besoin de vous aujourd’hui, sans doute plus que jamais. Ma piste ? Le micro-mécénat, qui permet à celles et ceux qui le souhaitent de soutenir un artiste dans son activité, parce que vous croyez en lui – ou en elle -, parce que vous aimez ce qu’il ou elle crée. Et il me reste tellement à créer, entre le troisième volet des aventures de Désirée Martin, les prolongements ou dérivés qu’Un dollar le baril laissait entrevoir, la reprise et le développement d’un roman fantastique pour adolescents entamé il y a une vingtaine d’années, un roman plus classique autour de la précocité intellectuelle sur fond de politique, Trois cœurs en fusion, que je ne désespère pas d’écrire un jour si personne ne s’y est attelé, des contes pour enfant comme Le petit grain de sable…

Cette piste est-elle réaliste ? Pour le savoir, je vous propose de participer à un simple test : cliquez sur ce lien (vers un simulateur). Il vous suffit de répondre par oui ou par non, c’est sans engagement aucun. Dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois – au plus tard cet été -, en fonction du résultat, je transformerais le test en une véritable page pour que vous puissiez concrétiser votre soutien éventuel, quel qu’en soit le niveau. Que ce soit l’équivalent d’une baguette de pain par mois, par semaine ou par jour, plus ou moins, une fois ou tous les mois, peu importe.

Si d’ailleurs vous voulez me donner des idées de contreparties – sérieuses – à suggérer pour la mise en place de cette page, n’hésitez pas à réagir.

Vous avez aussi la possibilité de donner votre avis sur mes deux premiers romans sur les librairies en ligne ou les sites de commerce électronique, sur les réseaux sociaux spécialisés autour du livre et de la culture,… Que vous les ayez adorés, simplement aimés, voire même détestés, prenez quelques minutes pour le faire savoir. Si vous avez des contacts dans le monde du cinéma ou de la télévision, faites connaître ces œuvres, pour qu’elles puissent peut-être se retrouver rapidement sur vos écrans…

De mon côté, j’étudie, je travaille, je multiplie les recherches de solution. Mais je n’y arriverai probablement pas sans vous.

Merci par avance, et à très bientôt,

Christopher

 

Lien Permanent pour cet article : http://christopherselac.com/pour-du-temps-decriture/

Ce billet vous a plu ? Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :