«

»

Juin 03 2011

Imprimer ce Article

Ou bien Tao, par Nicolas Bleusher

Comme tous les premiers vendredis de chaque mois, des blogueurs, des auteurs, des écrivains, échangent leurs blogs. L’espace d’un billet, ils écrivent les uns chez les autres, en tandem : ce sont les Vases communicants. Pour ce vendredi 3 juin, j’accueille avec plaisir Nicolas Bleusher. Retrouvez aussi sur son blog mon billet intitulé “Tatouage“. La liste des autres échanges se trouve ici.

Ou bien Tao

Dans le moleskine, sur un coin de la table.
Une sorte d’habitude, un peu ridicule, un peu vaine.
Des impressions, quelques idéogrammes, pour le plaisir.
Ou pour plus tard.

Les jolies commodes, en bois blanc, les lampes, leur abat-jour.
Le ligné, rouge et gris, de la nappe.
Ce garçon au regard délicat, mélancolique.
Son ambiguïté, dans l’angle.

Le riz, parfumé, la sauce, aigre-douce.
La serveuse qui joue avec ma curiosité.
Observer, à petits mots. Désir tamisé.
Son visage, peau d’ambre, nez droit, pupilles noires.
Le silence, gourmand, dessiné sur ses lèvres.

La petite musique des prénoms que je lui donne.
Min-Su. Liang. Ou bien Tao.

A l’heure des biscuits aux amandes et du traitre saké.
Il a penché la tête. Rêveur. Ailleurs.
Il porte un gros pull chocolat, manches retroussées, épaulettes.
Le col, très évasé, laisse entrevoir la fraîcheur de son cou.

Y laisser fondre un baiser…

Lien Permanent pour cet article : http://christopherselac.com/ou-bien-tao-par-nicolas-bleusher/

Ce billet vous a plu ? Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :