«

»

Mai 18 2012

Imprimer ce Article

Je ne suis plus un poète (échange avec LSarah Dubas, mai 2012)

The muse, par Eddi Van W.
Si j’avais su, je n’aurais pas cédé à cette folie… Accepter un vase avec LSarah Dubas, une série de mots, la poésie plutôt que la prose, le choix était plutôt heureux. Et moi de me replonger dans le silence de la maisonnée, le matin plutôt que le soir, comme avant. Mais je ne suis plus un poète. J’en ai fait l’amère expérience, et je vous prie de me croire.
De mon cortex stérile, de mon nez tari, il n’est pas sorti de bons vers, et pourtant j’ai tiré. La preuve avec cette première strophe :
Comment supportes-tu tes insomnies de peau ?
Comment même dans la lumière moirée des dimanches
Il te faut des doigts hommes courant sous tes manches
Où que tu sois…
Vous voyez ? C’est mauvais, c’est emprunté, c’est raté… Et ne me dites pas le contraire ! Flatteurs ! Vous n’avez pas encore lu la suite… Parce que la suite est pire… Tellement pire que je ferais mieux de vous en faire grâce. Parce que je ne suis plus un poète, maintenant. Il faut se faire une raison.
A la surface de ton visage d’ange
Les mains rugueuses ne te dérangent
Tu abandonnes ton corps à ces corps cartographes
Le temps d’un bref accord le temps d’un autographe
Toujours pas convaincus ? C’est pourtant difficile de faire pire… Encore que… Si je vous donnais à lire jusqu’au bout cette infamie, vous verriez à quel point la chute porte bien son nom… Je ne suis plus un poète, je ne sais combien de fois il me faudra vous le répéter. Vous voulez vraiment que je me ridiculise jusqu’au bout ? Soit. Vous l’aurez voulu. Ne venez pas vous plaindre après…
Leurs rêves de caresse deviennent habitude
Tes appels ta détresse et tes incertitudes
Chaque jour tu les chasses en appelant de tes hanches
Il te faut des doigts hommes courant sous tes manches
Où que tu sois…

 Finalement, c’est acquis : je ne suis plus un poète, la poésie ne veut plus de moi. Ce n’est plus la peine d’y revenir. Je ne vous ferai plus subir ce genre de lectures. Et rien de ce que vous pourrez écrire en commentaires ne me fera changer d’avis.

Lien Permanent pour cet article : http://christopherselac.com/je-ne-suis-plus-un-poete-echange-avec-lsarah-dubas-mai-2012/

Ce billet vous a plu ? Laissez un commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :